Le Sas / Cie Baudrain de Paroi – Théâtre

 

« Les gens vont dire celle-là elle en sort, on a les murs dedans et la peau par-dessus alors forcément ça transpire. »

16 ans de prison. Demain la liberté. Demain elle sort. C’est sa dernière nuit derrière les barreaux. Une nuit d’angoisse, de questions, de vertige face à cette vie perdue, cette vie à venir. Michel Azama a écrit Le SAS à la suite d’un atelier théâtre/écriture qu’il a conduit auprès de 12 détenues de la prison centrale de femmes à Rennes. Auteur fétiche de la compagnie, Cathy Brisset porte ce texte à bout de bras avec une rage et une émotion totale. Une réussite.

Le texte a été écrit en 1986. 30 ans se sont écoulés… Pourtant la pièce est toujours d’une actualité criante. À travers cette femme, Michel Azama interroge de manière quasi documentaire la question de l’enfermement, témoignant plus précisément de la féminité enfermée, sur cette zone de non droit.

C’est un plaidoyer qui dénonce sans complaisance les conditions de détention alarmantes des femmes, qui nous interpelle sur la nécessité de leur rendre, quels que soient les actes commis, la dignité indispensable à tout être humain. « … Dans un homme déchu même quand on ne respecte plus l’homme, on doit encore respecter l’humanité » Victor Hugo

Compagnie : Beaudrain de Paroi,
De : Michel Azama
Mise en scène : Jean-Pierre Beauredon,
Avec : Cathy Brisset,
Scénographie : Eric Sanjou – Lumières : Manfred Armand – Musique : Claude Delrieu – Affiche : Zakari Babel

Genre : Orange is the new black
Durée : 1h15

 

Une critique : http://www.lecloudanslaplanche.com/critique-2251-le.sas-sombre.comme.l.espoir.html

ical Google outlook