RICTUS

Greffé à une armoire de bureau qu’il pousse tel un Sisyphe moderne, un homme en errance s’enfonce dans les abysses des villes. Acide, il pose un ultime et lucide regard sur la tournure du monde. Un acteur et un musicien donnent à entendre une interprétation modernisée des « Soliloques du pauvre » de Jehan Rictus, poète social du XIX°siècle.
C’est la rencontre entre une langue épique au phrasé singulier et l’ère contemporaine, où l’on s’aperçoit que le vent des inégalités qui soufflait depuis longtemps dans les moustaches de Félix Faure continue, inlassable, de faire claquer les volets de la France.
Une intrusion dans une rame de métro à l’Odéon en novembre 1989 marque les débuts de Garniouze comme bateleur dans les Entrailles Capitales.
Après trois ans de manches et autres larcins, naît la feu Cie Okupa Mobil, aventure de Clowns Collectifs Toulousains. Comédien au sein du Phun depuis 15 ans, il retrouve en 2010 François Boutibou, compositeur et musicien avec le Nom du Titre, pour mixer sur le beat octosyllabique du méconnu Jehan-Rictus.

Mise en scène et jeu : Garniouze
Création sonore et mise au diapason live : François Boutibou
Production déléguée : Le Phun / Aide à la création: l’Usine – lieu conventionné dédié aux arts de la rue (Tournefeuille / Grand Toulouse). Pronomade(s) en Haute Garonne, Centre National des Arts de la Rue. La Paperie, Centre National des Arts de la Rue à Angers, Usines Boinot. Centre National des Arts de la Rue, Niort. Résidence à L’Entre-Sort de Furies / Châlons-en-Champagne (51), ENAC- Ville de Toulouse.

ical Google outlook