NOUS ETIONS DEBOUT ET NOUS NE LE SAVIONS PAS

« Nous étions debout et nous ne le savions pas » de Catherine Zambon

Création en cours pour 2018

Mise en scène : François Fehner
Avec : Bénédicte Auzias, Ludovic Beyt, Marion Bouvarel, Philippe Cataix, François Fehner, Ines Fehner, José Fehner, Nathalie Hauwelle, Joachim Sanger

Un jour, on se lève. On a 20 ans. On en a 50 ou 70 peu importe. On décide ce jour-là d’aller en rejoindre d’autres. Ceux qui s’assemblent. On devient l’un des leurs. Une heure. Ou 30 ans. Cela fera de soi un sympathisant. Voire un opposant. Certains diront : un résistant. Projet d’aéroport, usines à vaches ou à porcs, enfouissements de déchets hautement radioactifs… Ce texte rend hommage aux femmes et hommes qui s’engagent dans ces combats.    – Catherine Zambon

Ecrit avec l’aide d’une bourse de création du CNL et le soutien de la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon( CNES)

NOTE D’INTENTION
« Un texte qui n’accuse pas mais qui raconte, les émois, les doutes et les faiblesses au moment de l’engagement. Un texte qui dit comment il est dur de sortir du mainstream de l’opinion, comment se meut la conscience, notre conscience des choses, de l’avenir, du futur de nous autres, de notre planète, de nos enfants d’abord et comment se crée cette conscience.
Un texte qui dit comment éviter les écueils, sortir de la pensée dominante, arpenter les chemins de traverse, ceux qui sont oubliés par la médiation, ceux du collectif et de la pensée à bâtir, de la nouvelle pensée, du comment lutter, ensemble, en dehors des partis, des groupes constitués des hauts parleurs des médias.
Il y a dans ces textes un souffle, militant et actif. Mais il y a aussi une intimité, une faculté d’introspection et de regard sur soi, une reconnaissance humble de ses propres erreurs et de ses confusions, qui le rend unique, délicat et profondément émouvant. Ce théâtre nous décrit de façon très personnelle et nous dépose sur le seuil de nos choix de vie. Nous sommes certainement à  l’orée d’un changement radical de (nos) existences. Ce texte nous en rappelle l’urgence et nous engage face à notre responsabilité pour demain, loin des écrans (de fumée) qui se multiplient pour retarder encore et encore nos prises de conscience.
Une écriture surprenante, très réelle, même si elle est composée, en témoignages, en chœurs, en dialogues drôlatiques, en manifestes. A l’Agit nous aimons ces manifestes qui nous accompagnent le long de notre route, et Catherine est venue nous trouver ! Nous en sommes heureux. Nous voulons accompagner son envie de jouer ce texte tout de suite, au moment où le fer est brûlant et ou l’atmosphère se réchauffe dangereusement. On sent qu’il faut s’y mettre et cela explique notre envie d’y aller, comme un trop plein qui déborde (clin d’œil à la Débordante Compagnie que nous avions accueillie à Empalot l’année dernière). Nous voulons faire partie de ceux qui se lèvent, être DEBOUT, avec elle et avec eux. »
François

En savoir plus : http://www.catherinezambon.com/index.php?/en-cours/en-chantier/

1 autre date :